Camila, une jeune reporter au JO de Rio !

Une élève du lycée français nous raconte son expérience comme reporter aux JO de Rio.

JPEG

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai pris part à ma première expérience en tant que journaliste. Chaque jour qui passait, mon impatience grandissait. Le concours Jeunes reporters francophones était l’occasion pour moi de découvrir le monde olympique mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes originaires d’Amérique du sud. Nous étions de 10 nationalités différentes en tout. Il y avait une excellente ambiance au sein de l’équipe, ce qui a rendu l’échange culturel extrêmement intéressant et enrichissant.

JPEG

Depuis un an, je veux m’orienter vers la communication et j’espère que je pourrai apporter quelque chose au développement de mon pays. C’est en juin que j’ai décidé de participer au concours « Jeunes Reporters Francophones d’Amérique du sud » organisé par l’Ambassade de France au Brésil. Je ne croyais pas gagner ce concours et un mois plus tard on m’annonçait que je pouvais voyager à Rio de Janeiro - la Ville des Jeux Olympiques.

Je suis arrivée le vendredi 12 août, nous étions 20 jeunes dedifférents pays d’Amérique du Sud avec des talents différents mais des attentes très similaires et une même joie de vivre cette expérience unique. Différentes familles nous ont accueillis. Les expériences ont été si intenses que je n’arrive même pas à les décrire en détail. J’ai eu l’opportunité d’interviewer et de connaitre différents athlètes francophones comme Renaud Lavillenieet Teddy Rinner mais aussi des athlètes non-francophones comme la joueuse de tennis portoricaine médaillée d’or, Monica Puig, ou le rugbyman américain Danny Berret et d’autres athlètes d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Europe. On a rencontré également des personnalités politiques importantes comme Anne Hidalgo, maire de Paris et le ministre des sports brésilien, Léonardo Picciani. J’ai eu l’opportunité de découvrir les métiers d’un journaliste et d’une personne travaillant dans la communication. Nos journées commençaient très tôt avec les premières interviews puis on devait faire les éditions et les montages vidéos de toutes les prises du jour. Les journées se finissaient vers 21h. Après avoir terminé mes journées de travail, je pouvais encore sentir toutes les cultures du monde et l’atmosphère olympiquequi se trouvaient au cœur de Rio de Janeiro.

JPEG

Cette expérience en tant que journaliste et monteuse vidéo a réveillé en moi de nouvelles perspectives, celles de m’orienter vers le monde de la communication et du reportage.

Je tiens à témoigner ma reconnaissance à mon lycée qui m’a proposé ce concours, à ma famille qui m’a encouragée et à l’Ambassade de France, à l’AEFE et au CLEMI qui ont permis à des jeunes reporters comme moi d’expérimenter des moments incroyables et de nous permettre de montrer ce dont nous sommes capables.

Article rédigé par CamilaArze, élève de terminale ES au lycée français de Santa Cruz, Bolivie. Septembre 2017.

publié le 07/09/2016

haut de la page