Conférence de Paris pour le climat

Le Bourget, 08/12/2015

Chers Collègues et Amis,
J’ouvre notre nouvelle séance du Comité de Paris. Je vous remercie de votre engagement actif et positif dans les discussions et les travaux qui ont eu lieu aujourd’hui.

À notre séance d’hier, je vous ai présenté l’organisation souhaitée des travaux. Il a été suggéré, par plusieurs d’entre vous, de procéder à un certain nombre d’ajustements afin de rendre encore plus transparent, inclusif et efficace notre processus de consultation ainsi que de permettre aux groupes et parties de s’organiser de manière adéquate.

J’ai bien sûr pris en compte tout cela. J’ai réfléchi et je pense que ces préoccupations sont légitimes. J’espère déjà, même si nous sommes contraints par le temps, qu’un certain nombre d’éléments ont pu être améliorés dans notre fonctionnement, au cours de cette journée.

Plusieurs parties et ministres facilitateurs m’ont demandé d’avancer dans le processus. Dans un instant, je vous apporterai des précisions.
Je tiens tout d’abord à vous informer brièvement du déroulement des événements depuis la clôture de notre séance, hier soir, ainsi que des principaux éléments de notre réunion de ce soir.

Les quatre rapports déjà présentés par les facilitateurs sur leurs consultations concernent des questions transversales et des questions politiques principales sont consultables sur le site internet de la CCNUCC. Ils portent sur les questions suivantes :

- « soutien, moyens de mise en oeuvre » - financements, technologies et renforcement des capacités ;

- « différenciation », en particulier en ce qui concerne l’atténuation, le financement et la transparence ;

- « ambition », y compris les objectifs à long terme et la revue ;

- « Accélération de l’action pré-2020 » - « Workstream 2 » -, à l’exclusion des financements pré-2020.

Ces équipes se sont réunies à nouveau aujourd’hui, dans plusieurs configurations comme le format Indaba et les consultations bilatérales, afin que toutes les parties puissent se faire entendre. Nous allons, dans quelques instants, écouter les deuxièmes rapports de ces équipes, et ces rapports seront également disponibles sur le site internet.

Des équipes additionnelles de consultation ont été mises en place aujourd’hui pour traiter de sujets importants, l’adaptation, les pertes et dommages, les mécanismes de coopération, les forêts, les mesures de riposte, et le contrôle du respect des dispositions. Pour animer tout cela, j’ai demandé à un certain nombre de collègues de bien vouloir prendre ces responsabilités :

- Doris Leuthard, ministre fédéral suisse de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, Henri Djombo ministre de l’économie forestière et du développement durable du Congo pour travailler avec Daniel Ortega sur les forêts.

- Raymond TshibandaNtungamulongo, ministre des affaires étrangères et coopération internationale de la République démocratique du Congo, pour travailler avec notre collègue canadienne, Catherine McKenna sur les mécanismes de coopération.

- Note ami Szyszko, ministre de l’environnement de Pologne, et Khaled Fahmy, ministre de l’environnement de l’Égypte, qui travaillent sur les mesures de riposte.

- Rafael Pacchiano, ministre de l’environnement et des ressources naturelles du Mexique sur le contrôle du respect des dispositions.

- Enfin, notre amie Claudia Salerno, ambassadeur de la République du Venezuela, sur le préambule de l’accord.

Les équipes correspondantes se sont réunies, elles-aussi, dans différentes configurations choisies par les facilitateurs eux-mêmes. Aujourd’hui, nous entendrons les rapports de chacune de ces équipes. Certains, et c’est compréhensible, n’ont pas encore terminé leur travail et vont le faire, pour l’essentiel, dans la soirée.

Après avoir entendu ces rapports, je ferai le point sur les progrès accomplis et je vous présenterai ce qu’il paraît raisonnable de proposer pour les prochaines étapes. Ensuite, si vous le souhaitez, je vous donnerai la parole.

Donc, notre ordre du jour, c’est d’abord le rapport de nos facilitateurs et, ensuite, je vous proposerai, compte tenu de notre discussion d’hier et des échéances que nous avons devant nous, une méthode de travail.

J’invite tout d’abord les facilitateurs pour les moyens de mise en oeuvre, Jochen et Emmanuel, à présenter leur rapport.

(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup à tous les deux. Je pense que c’est vraiment un gros travail que vous avez fait et il faut vraiment vous en remercier. J’espère que cela va pouvoir se traduire dans le nouveau texte que j’aurai l’occasion de vous soumettre. En tout cas, merci infiniment.

J’invite à présent les facilitateurs pour les moyens de mise en oeuvre, Izabela et Vivian, peut-être Luis, à présenter leur rapport.

(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup Vivian, et merci beaucoup Izabela et Luis pour leur travail.

J’invite à présent les facilitateurs pour l’ambition, James et Teeny, à présenter leur
rapport.

(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup. Avant que Teeny parle, notre ami de l’Inde a soulevé un point d’ordre, si je comprends bien.

(Interventions des facilitateurs)

Merci à vous, je vais tout de suite que l’on puisse intervenir - je demande cela au secrétariat. Merci d’avoir signalé ce point.

Teeny, tu as la parole.

(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup et merci à tous les deux pour votre travail très positif.

Maintenant, nous allons passer aux facilitateurs pour l’action pré-2020, Pa et Amber.

(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup Pa. Amber, tu veux ajouter quelque chose. En tous cas, merci beaucoup pour votre travail important.

J’invite maintenant les facilitateurs pour l’adaptation et les pertes et dommages Rene et Asa, à présenter leur rapport.


(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup à tous les deux.

Nous allons passer maintenant aux facilitateurs pour les forêts, Daniel, Doris et Henri.

(Interventions des facilitateurs)

Merci Monsieur le Ministre du Congo et merci à vos collègues, suisse et aussi à Daniel Ortega.

Nous allons passer maintenant aux facilitateurs pour les mécanismes de coopération qui sont Raymond Tshibanda N’tungaMulongo, ministre des affaires étrangères et du développement international de la République démocratique du Congo, et Catherine MacKenna, notre collègue du Canada.


(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup à tous les deux. Maintenant, nous allons passer aux facilitateurs pour les mesures de riposte, qui sont nos collègues égyptiens et polonais, mais qui, si j’ai bien compris, commencent juste leur travail.

(Interventions des facilitateurs)

Merci beaucoup à tous les deux. Maintenant, nous allons passer au facilitateur pour le contrôle du respect des dispositions, qui est notre collègue mexicain, Rafael PacchianoAlamán, qui a la parole.

Interventions des facilitateurs

Merci beaucoup à vous.
Notre dernier rapport concerne notre amie Claudia Salerno, du Venezuela), à laquelle j’ai demandé de regarder la question du préambule. Elle vient d’être désignée et elle va nous dire comment elle entend mener les consultations à ce sujet.

Interventions des facilitateurs

Chers Collègues, je veux, à l’issue de ces rapports, volontairement brefs, remercier chaleureusement les facilitateurs et chacune et chacun de vous pour votre implication dans ces travaux intenses de cette journée ; il ne pouvait pas en être autrement.
Les rapports de nos facilitateurs mettent en évidence certaines convergences qui se dessinent, heureusement, et les points qui restent à trancher. Ils nous fournissent des éléments utiles pour franchir une nouvelle étape dans l’élaboration de notre accord.

Nous devons maintenant passer à la préparation négociée de ce qui pourra être, le moment venu, le texte final.

À cet effet, je compte vous présenter, demain à 13h00, une version du texte - que l’on appellera de manière un peu triviale : « nettoyée ». Cette version, aura pour base le document de l’ADP qui m’a été remis samedi. Elle intégrera les recommandations émanant des facilitateurs, ainsi que - comme l’avait suggéré hier notre collègue sud-africaine - les conseils des facilitateurs de l’ADP. Elle s’appuiera sur tous les éléments qui auront été transmis à la présidence par les facilitateurs avant minuit ce soir.

Cette nouvelle version nous permettra d’avoir une vision d’ensemble des équilibres à trouver. Une série, j’espère importante, de crochets seront enlevés. Un certain nombre de questions politiques exigeront de plus amples discussions pour assurer la bonne cohérence du résultat.

Je veillerai à ce que cette version nettoyée du texte, qui vous sera remise à 13h00 demain, soit bien issue du texte de l’ADP et respecte les équilibres recherchés par toutes les parties. C’est sur cette base que nous devrons négocier collectivement la version finale du texte de l’accord et de la décision. Il s’agira d’une étape, j’espère importante, mais naturellement, pas encore du résultat final des négociations.
Je peux, dès à présent, évoquer les prochaines étapes, même s’il faut rester pragmatique, car il peut y avoir des adaptations. Je réunirai donc brièvement, demain à 13 heures, le comité de Paris pour vous présenter la nouvelle version du texte. Elle vous sera diffusée à tous à cette occasion - personne n’en aura la diffusion avant.

Vous aurez ensuite le temps d’en prendre connaissance et d’organiser les consultations nécessaires. Puis, je vous propose de nous réunir de nouveau, en comité de Paris, en fin d’après-midi, pour recueillir vos premières réactions. À l’issue de ce premier échange, nous organiserons immédiatement les concertations nécessaires sur les points encore en suspens, à la fois dans la soirée, puisque nous ne pourrons pas nous dispenser de travailler le soir, et le lendemain. L’objectif est de présenter un texte final - il y aura donc une ou plusieurs étapes - dans des délais compatibles avec son adoption formelle par la COP vendredi 11 décembre à 18h00.

Voilà donc la méthode proposée qui tient compte de notre discussion d’hier.
Je tiens aussi à vous informer que la notification relative au groupe ouvert d’experts sur les questions juridiques et linguistiques a été diffusée et j’ai le plaisir de vous faire savoir que le secrétariat est en train de recevoir les onze représentants des groupes régionaux qui seront prêts à se mettre au travail dès que le comité de Paris leur communiquera des textes à examiner. Je vous rappelle que j’ai nommé Mme JimenaNietoCarrasco, de Colombie, et M. Peter Horne d’Australie pour diriger conjointement les travaux de ce groupe. Je voudrais souligner que le mandat de ce groupe est technique et qu’il est soumis à l’autorité du comité de Paris. Il ne s’agit évidemment pas de renégocier des aspects substantiels du texte.

Voilà à la fois les éléments de rapport qui nous devaient nous être présentés et les éléments de méthode qui vont nous permettre de travailler ce soir, cette nuit, et de vous présenter demain, à 13h00, un élément qui va nous permettre d’engager nos travaux vers le processus final.

Est-ce qu’il y a des collègues, des groupes, des parties qui souhaitent intervenir ?
L’Afrique du Sud ! Vous avez la parole.

(Interventions de délégués)

Merci beaucoup, Chère Collègue, de votre appréciation et de vos commentaires pleins de sagesse, sur les délais qui paraissent tout à fait nécessaires.

J’ai Maldives, Malaisie, Suisse.

(Interventions de délégués)

Merci beaucoup ! Avant de donner la parole à la Suisse, à l’Angola et à la Chine, on m’informe qu’il y a eu - ce qui est rarissime - une petite inexactitude de traduction. J’ai dit en français que je vous remettrai le rapport demain à 13h00. 13h00, ce n’est pas « noon ». « Noon », c’est midi. Donc, 13h00, c’est « one pm ».

La Suisse, vous avez la parole.

(Interventions de délégués)

Merci beaucoup de cette confiance. J’espère que vous ne serez pas déçu.
Angola, vous avez la parole.

(Interventions de délégués)

Merci beaucoup ! La Chine...

(Interventions de délégués)

Merci beaucoup de votre appréciation.

(Interventions de délégués)

J’ai le bélarusse, le Panama, l’Union européenne, l’Australie...


(Interventions de délégués)

Merci beaucoup ! C’est une remarque qui a été faite au bureau cet après-midi et j’ai demandé au secrétariat d’aller dans ce sens.

Panama, Union européenne, Australie, Nigéria...
(Interventions de délégués)

Merci beaucoup de votre soutien.
Union européenne, Australie, Nigéria...

(Interventions de délégués)

Merci de votre concision et de votre soutien
Australie, Nigéria...

(Interventions de délégués)

Nous avons encore le Bénin et le Venezuela...

(Interventions de délégués)

Merci à vous !

Venezuela...

(Interventions de délégués)

Merci beaucoup ! Je vous remercie de votre confiance, elle m’oblige mais ce que je fais, c’est simplement d’essayer d’être à la hauteur de votre engagement. Je vous remercie chaleureusement.

La séance est levée./.

publié le 10/12/2015

haut de la page