Sommet des élus locaux pour le Climat

Le 4 décembre 2015

François Hollande et Laurent Fabius se sont exprimé lors du Sommet des élus locaux pour le Climat organisé dans le cadre de la COP21. Retrouvez leur allocution.
"Monsieur le Secrétaire général des Nations unies,

Madame le Maire Hidalgo,

Cher Ami, Michael Bloomberg,

Mesdames et Messieurs les Maires,

La disposition de cette tribune m’invite à être bref. En fait, j’étais jusqu’à la semaine dernière un habitant de Paris et, depuis quelques jours, j’habite Le Bourget. Je reviens à Paris avec plaisir, pour quelques instants, pour vous dire deux choses.
J’ai été maire pendant pas mal d’années et président de région et d’agglomération. Je mesure à quel point les maires que vous êtes sont tout à fait déterminants dans l’action contre le dérèglement climatique. Vous l’avez évoqué toute la journée, qu’il s’agisse des transports publics, de l’aménagement urbain, des déchets, de l’eau, de toute une série d’initiatives, c’est vous, Mesdames et Messieurs les Maires qui, en grande partie, allez gagner le combat contre le changement climatique. Je voulais tout simplement vous dire merci.

Demain, si je comprends bien, me sera remis ce plaidoyer qui est un engagement mais, ce qui est clair, c’est que vous êtes les laboratoires actifs de la transition verte. Vous menez ces laboratoires actifs de façon remarquables et, donc, je voulais vous en féliciter et vous en remercier.

En même temps et c’est la deuxième idée que je me permettrais d’ajouter, il ne doit pas y avoir, d’un côté, l’action des collectivités locales et des entreprises et, de l’autre côté, l’action des gouvernements. Je pense que tout cela - c’était Michael Bloomberg qui le disait tout à l’heure à sa manière - doit converger. Pour cela, il faut que nous obtenions, avant le vendredi 11 décembre, un accord universel sur le climat. Les choses ont bien commencé, même d’une façon exceptionnelle, puisque lundi dernier se sont réunis, à Paris, le plus grand nombre de chefs d’État et de gouvernement jamais réunis en un même lieu, en un même jour, sur un même sujet et ce sujet, c’était le climat. Ban Ki-moon, qui est intervenu, en était un acteur décisif.
Tous ces chefs d’État et de gouvernement nous ont dit : « allez-y, il faut un accord ».
Les négociateurs se sont mis au travail. Je dois dire - je suis censé être diplomate, il faut que je soigne ma formule - qu’il y a encore des marges de progression. Demain, samedi, tous ces négociateurs vont me remettre, en tant que président de la COP21, un texte, je l’espère plus court et amélioré par rapport au texte initial. Ensuite, nous aurons 4 ou 5 jours, uniquement, entre ministres et responsables, pour aboutir au texte final. Nous n’avons pas le droit d’échouer.

C’est le rassemblement de ces initiatives, à la fois les communes, à travers le monde, les entreprises et, d’autre part, l’ensemble des gouvernements de la planète qui va permettre que la COP21, la conférence de Paris, reste dans l’histoire. C’est par cela que je terminerai. Au fond, c’est l’alliance entre les communes, les entreprises et les gouvernements qui fait que la COP21 sera un tournant. C’est parce que cette alliance - nous le voyons sous nos yeux - est en train de se constituer que ce qui se fait à Paris, en ce moment, est en train de changer le monde et dans le bon sens.
Merci."
Allocution de Laurent Fabius du 4 décembre 2015

publié le 10/12/2015

haut de la page